Envahissante ou nuisible ?

Espèce envahissante et espèce nuisible

Une réglementation complexe définit le statut juridique des espèces animales mais aussi végétales. On y retrouve des espèces protégées, des espèces protégées mais chassables, des espèces nuisibles, des espèces susceptibles de devenir nuisibles, des espèces envahissantes, des espèces envahissantes et nuisibles… Et pour ne rien arranger, les catégories peuvent évoluer d’une année sur l’autre en fonction d’arrêtés préfectoraux et en fonction des territoires.

Les termes se confondent et se perdent, bref, on ne s’en sort plus. Essayons ensemble d’y voir plus clair.

Nous sommes tous d’accord que la notion « espèces protégées » est claire. Pour des raisons d’ordre scientifique ou de conservation du patrimoine écologique, elles ne peuvent pas être braconnées, ni manipulées, et parfois même, il est interdit de les approcher et de les photographier !!

Mais alors qu’en est-il des espèces envahissantes et nuisibles ?

Une espèce envahissante

D’après l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), une espèce exotique envahissante est une espèce allochtone (« exotique ») dont l’introduction par l’Homme (volontaire ou fortuite), l’implantation et la propagation menacent les écosystèmes, les habitats ou les espèces indigènes avec des conséquences écologiques ou économiques ou sanitaires négatives.

On doit retenir qu’elle est introduite artificiellement par l’homme et se développe dans un milieu qui n’est pas le sien, ayant ainsi de nombreuses conséquences négatives sur le milieu naturel mais aussi sur l’activité humaine et éventuellement sur sa santé. Le ragondin et la bernache du Canada entrent dans cette catégorie.

Ragondins

Bernache du Canada

 

On retrouve ces derniers également classés comme nuisibles.

 

 

 

Une espèce nuisible

On y retrouve des espèces envahissantes et des espèces issues de la faune locale. Ces dernières peuvent même être considérées nuisibles du jour au lendemain ! Définition :

Dans la réglementation française, le classement d’une espèce en espèce nuisible sera justifié par l’atteinte que peut porter l’espèce à la santé et à la sécurité publiques, à la protection de la flore et de la faune ou aux activités agricoles, forestières, aquacoles, et à d’autres formes de propriété.

Concrètement, il existe une liste nationale d’espèces susceptibles d’être classées nuisibles fixée par arrêté ministériel. Puis, pour chaque département, un arrêté préfectoral annuel fixe la liste des espèces classées nuisibles dans tout le département ou seulement certaines communes. Une réglementation de destruction de l’espèce est ensuite mise en place.

Les commissions départementales qui décident des listes d’espèces nuisibles sont largement dominées par les chasseurs et les agriculteurs. Il est peut-être difficile d’en attendre une parfaite objectivité !

Prenons un exemple. Actuellement le renard se retrouve considéré comme nuisible dans toute la France sauf en Hauts-de-Seine (92), en Seine-Saint-Denis (93), dans le Val-de-Marne (94) et à Paris. En 2015, le renard n’a plus été classé comme nuisible en Savoie.

Pour en savoir plus sur les classements en Ile-de-France, vous pouvez consulter le site de la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie (DRIEE Idf)

Et maintenant, cela vous paraît-il plus clair ?