Le réveil des hérissons

   Les 53 hérissons qui ont hiberné au CEDAF se sont réveillés, certains même ont déjà été relâchés ! C’est l’occasion de vous parler de toutes les étapes qu’ils ont suivies au centre avant leur retour à la vie sauvage.

   Comme tous les autres animaux, lorsqu’un hérisson arrive au centre, il est d’abord enregistré dans le registre des entrées puis examiné par le vétérinaire du centre qui pose un diagnostic. S’il est jeune, il va poursuivre sa croissance au centre jusqu’à devenir indépendant. S’il est malade ou blessé, il sera soigné en fonction de ses pathologies jusqu’à ce qu’il soit guéri. Lorsque le hérisson est remis sur pied avant la saison d’hibernation, il peut être relâché si les conditions climatiques s’y prêtent, sinon il sera gardé jusqu’au printemps.

Hérisson en soins

   A partir du mois de novembre, plus ou moins tôt selon les années et les individus, les hérissons vont entrer en hibernation. Cependant, s’ils font moins de 600g, ils sont conservés en local d’hospitalisation jusqu’à atteinte du poids minimal. A partir de 600g, ils sont mis dans des compartiments individuels, sous hangar fermé.  Ils y passeront l’hiver au calme sans être dérangés, mais leur nourriture et leur eau sont changées tous les jours. Afin de surveiller leur état de santé, ils sont pesés une fois par mois.

   Le printemps arrivé, les hérissons commencent à se réveiller, c’est alors l’occasion pour le vétérinaire d’effectuer un dernier examen avant leur mise en enclos de réhabilitation, dernière étape avant le relâcher.

    En enclos, les hérissons se réhabituent à la nature et apprennent à connaître l’environnement dans lequel ils seront relâchés. Chaque hérisson à son propre enclos, équipé d’une cabane et de gamelles pour les croquettes et l’eau, pourvu de végétation naturelle et d’amas de branchages. Le séjour en enclos dure environ 15 jours. Les contacts avec l’homme sont nuls, seules la nourriture et l’eau sont changées quotidiennement.

    Au moment du relâcher, la porte de l’enclos est ouverte pour permettre au hérisson de partir de lui-même. De la nourriture sera encore mise à disposition pendant quelques jours pour créer une zone de refuge. La grande majorité des hérissons part définitivement dès le 1er jour.

   Les hérissons du CEDAF sont relâchés les uns après les autres, selon leur niveau d’activité, dans différents sites partenaires gérés par la ville de Saint-Prix, le Jardin des Bordes de Chennevières-sur-Marne, le département des Hauts de Seine, l’Université Paris Sud-Orsay, l’Association Naturaliste de l’Est Parisien et la Ferme du Saut du Loup.