Pourquoi ne pas s’improviser soigneur animalier ?

Certains animaux sauvages sont déposés au centre de soins plusieurs jours, mois voire plus exceptionnellement années après leur découverte. Outre le fait que la détention par un particulier soit interdite par la réglementation française, une prise en charge inappropriée, peut être très préjudiciable à l’animal… quand bien même nous sommes conscients que pour beaucoup, vouloir soigner l’animal soi-même parte d’une bonne intention. Les soins et la réhabilitation de la faune sauvage relèvent strictement de la compétence de spécialistes.

Un particulier nous a ainsi déposé une chouette effraie (Tyto alba) après l’avoir nourrie au steak haché pendant 3 semaines. Ce régime complètement déséquilibré a causé un manque important de calcium qui a fragilisé ses os rendant l’oiseau incapable de se mouvoir et a été à l’origine de fractures spontanées qui lui ont été fatales.

Barre de stress chez un pigeon

Nous avons souvent eu affaire à des oiseaux mal nourris, présentant des barres de stress (plumes cassantes suite aux carences alimentaires). Cette situation est dramatique pour des espèces comme le martinet noir (Apus apus) car le départ en migration devient impossible et le stress occasionné par la captivité dans l’attente d’une prochaine mue pourrait le tuer.

Beaucoup de hérissons (Erinaceus europaeus) ont déjà reçu des antiparasitaires avant de nous être apportés. Or certains des produits donnés aux chats et chiens peuvent être nocifs pour ces bêtes à pics : les hérissons pratiquent l’auto-lubrification (lorsqu’ils reniflent ou mangent quelque chose de nouveau, ils crachent de la salive sur leurs piquants) et peuvent ainsi ingérer des excipients dangereux présents dans ces médicaments. Nous vous conseillons pour cette raison de nous les confier dans les plus brefs délais en conformité à ce qu’autorise la réglementation.

Certains animaux se retrouvent pris dans les pièges à glue. La gestion de ces cas peut s’avérer délicate et nécessite une prise en charge particulière. Laissez le soin à nos spécialistes de désengluer l’animal.

Faon

Il arrive aussi que certaines personnes trouvent un juvénile et décident de le garder chez eux pour le nourrir au biberon. La familiarisation à l’homme susceptible d’en résulter peut tout simplement compromettre définitivement toute possibilité de réhabilitation et de relâcher en nature. Il importe ici encore de nous les confier dans les plus brefs délais.

Etre soigneur animalier nécessite une formation adaptée et de l’expérience auprès des animaux sauvages. Même avec les meilleures intentions, s’improviser soigneur peut s’avérer dramatique pour l’animal et les conseils donnés sur internet sont rarement fiables. Si la sauvegarde des animaux sauvages vous est précieuse, de nombreux de centres de soins sont en recherche constante de bénévoles.