Goéland argenté

Goéland argenté juvénile

Nom commun : Goéland argenté

Nom scientifique : Larus argentatus

Famille : laridés

Taille : entre 55 et 67 cm

Envergure : 130 à 160 cm

Poids : 750 à 1 250 g

Longévité : environ 12 ans

Habitat : à l’origine cet oiseau marin niche essentiellement sur les côtes mais il colonise de plus en plus l’intérieur des terres, en particulier les villes.

Le goéland argenté est un oiseau des littoraux. Il est notamment très présent le long des côtes ouest de la France où l’on observe que le nombre des individus est en constante augmentation. Il vit et niche toujours près de points d’eau (falaises, île, lande humide, etc…).

Il faut plus de quatre ans au goéland argenté pour acquérir son plumage adulte. Il doit pour cela passer par plusieurs plumages et plusieurs mues : Le plumage juvénile remplace le duvet de l’oisillon et se met en place avant même le premier envol. Ce plumage est couvert de taches et mouchetures ressemblant à des écailles brunes, particulièrement au niveau de la tête, du cou et de la poitrine, ce qui confère à l’oiseau un aspect nettement plus sombre et brun que celui de l’adulte. Le bec est noir et l’iris de l’œil brun foncé. Puis au cours des années suivantes le plumage du goéland n’a de cesse de s’éclaircir avant d’atteindre l’âge adulte et ses couleurs définitives : la tête, la poitrine, le ventre et la queue sont blancs. Le dos et les ailes sont gris clair contrastant avec les rémiges noires. L’extrémité des ailes noire est marquée de quelques taches blanches.

Son régime alimentaire est constitué essentiellement de poissons, mollusques, crustacés, même si quelques petits mammifères et vers de terre lui conviennent de temps en temps. Ce grand oiseau est connu pour sa sociabilité avec les individus de son espèce mais aussi avec l’Homme, on peut en observer des centaines près des décharges qui font souvent l’objet de grands rassemblements. En hiver, les déchets alimentaires humains récoltés dans les décharges constituent le principal de son menu.

Goéland argenté adulte

 

L’homme reproche aux goélands en général et au goéland argenté en particulier divers méfaits. Tout d’abord, son impact négatif sur l’environnement naturel : le goéland argenté entre en compétition avec d’autres espèces d’oiseaux de mer, telles que la sterne pierregarin ou la sterne de Dougall, pour les sites de nidification et pour la nourriture, il aurait aussi un impact négatif sur l’environnement urbain, comme par exemple les nuisances sonores, la dégradation voire la destruction des revêtements des bâtiments urbains. Cela ne doit pas faire oublier que le goéland argenté est, de son côté, victime de l’activité humaine. Au XIXème siècle, il fut intensivement chassé afin de pourvoir en plumes le commerce de la chapellerie, et ses œufs furent l’objet d’une récolte intensive. De nos jours, en plus d’entrer parfois en collision avec les avions, il est aussi et comme tous les oiseaux de mer, victime des pollutions de l’eau par les hydrocarbures (dégazages et marées noires) et de campagnes régulières d’éradication ou d’effarouchement.