L’Aigle botté

 

Nom commun : Aigle botté
Espèce : Hieraaëtus pennatus
Poids : env. 800g (mâle), env. 1000g (femelle)
Taille : 45 à 55 cm
Habitat : Forêts de feuillus, pinèdes ; en plaine et moyenne montagne.
Régime alimentaire : Petits mammifères, oiseaux, reptiles.
Nourriture donnée en clinique : Poussins.

 

 

L’Aigle botté appartient à la famille des Accipitridés. Il est le plus petit des aigles, de la taille d’une buse. Pour autant, il a tout de l’aigle : port de tête, expression du regard, ailes longues et tarses emplumés. Bien marqué chez lui, ce dernier caractère lui a donné son nom en français et en latin (pennatus).

Son aire de distribution est vaste puisqu’elle s’étend de l’Europe de l’ouest à la Mongolie, ainsi que dans le nord-ouest de l’Afrique. Il passe l’hiver en Afrique sub-saharienne. En France, il occupe une large bande qui s’étend des Ardennes aux Pyrénées.

Très discret et difficile à différencier d’autres rapaces de même taille, sa population est estimée à un millier de couples dans notre pays. Il existe deux colorations de plumage, une sombre et une claire, la phase sombre étant la moins répandue. La tête et le cou sont brun clair strié de brun, le front est blanchâtre, le dessus du corps est assez sombre avec des zones fauve pâle, les rémiges sont noires, la queue est ocre clair. En phase claire, le dessous est blanc, plus ou moins marqué de fauve clair, sauf les rémiges qui sont foncées. En phase sombre, tout le dessous est brun foncé sauf la queue.

Le chant de l’Aigle botté est une note répétée, à la tonalité assez élevée : « kih kih kih ». Ce cri étonne de la part d’un oiseau de cette corpulence. En l’entendant, on penserait plus aisément à un faucon ou à un épervier. L’Aigle botté est particulièrement bavard au moment des parades nuptiales mais en dehors de la période de reproduction, il est très silencieux.

Le vol de l’Aigle botté est assez semblable à celui du Milan Noir, correspondant à un vol souvent plané avec les ailes assez proches du corps, mais les battements sont nerveux. Il est beaucoup plus agile au vol que bien d’autres rapaces de même taille et est capable de piqués impressionnants, ce qui fait de lui un très bon chasseur, s’attaquant à des proies assez grosses en comparaison de sa taille comme des lapins ou des pigeons, par exemple.

image oiseau.net

En France, il migre fin août – début septembre, en formant de petits groupes ; cependant, en hivernage, il sera plus solitaire. Durant la belle saison, il vit en couple, uni pour la vie et revenant chaque année au même lieu de nidification. Le nid se trouve quasiment toujours dans un arbre, à une dizaine de mètres de hauteur, quelques rares fois sur une paroi rocheuse. Les deux adultes participent à sa construction à l’aide de branchages et de rameaux feuillus rendant l’apparence du nid typique. La femelle y pondra 1 à 3 œufs. L’incubation dure 32 à 34 jours, assurée par la femelle qui est nourrie par le mâle. Les jeunes quittent le nid vers 2 mois.

C’est la première fois que le CEDAF accueillait un Aigle botté depuis sa création en 1993 !