Le merle noir

Nom commun : Merle noir
Espèce : Turdus Merula
Poids : 80 à 110 grammes
Taille : 25 à 27 cm

Habitat : Bois, haies, jardins, buissons, lierre, contre les bâtiments, parfois à terre
Régime alimentaire : Vers et larves souterraines, lombrics, escargots, insectes, fruits et baies
Nourriture donnée en clinique : Pâté insectivore, vers de farine, eau

Le Merle noir est le grand turdidé commun de l’ouest du domaine paléarctique. Il est présent de l’Atlantique au Caucase et au Moyen-Orient, du Maghreb au sud des pays scandinaves. Les populations sont sédentaires ou plus ou moins migratrices suivant la position géographique.

 Sa silhouette typique (longue queue et ailes courtes), sa grande taille et son plumage très sombre en font un oiseau que tout le monde connaît et reconnaît, d’autant qu’il vit souvent à proximité des humains.

Il existe un dimorphisme sexuel assez prononcé. Le mâle adulte en plumage nuptial est entièrement d’un noir profond et mat. Son bec est jaune orangé et l’œil est entouré d’un cercle oculaire de la même couleur. L’iris est gris ou brun. Les pattes sont rougeâtres ou brunâtres.

Merle noir mâle

Merle noir femelle

 

 

 

 

 

 

La femelle est brune. La partie supérieure de son plumage est assez sombre tandis que la partie inférieure est plus pâle et mouchetée de brun. Il existe une grande variabilité interindividuelle quant à la tonalité du plumage, souvent nuancé de chamois sur les parties inférieures, parfois même avec des caractères juvéniles conservés comme une poitrine roussâtre tachetée. Le bec est brun, mais peut se teinter de jaunâtre avec l’âge. Le cercle oculaire est moins visible, mais peut être aussi marqué que celui du mâle.

Merles noirs juvéniles

merle noir juvénile

 

 

 

 

 

 

 

 

Le juvénile est bien différent, à tel point que l’on pourrait penser avoir à faire à une espèce différente, une grive par exemple. Son plumage est d’un brun assez clair, nettement teinté de roussâtre sur la face, la gorge et la poitrine, et entièrement moucheté ou strié de chamois dessus et dessous. Le bec est plus clair que celui de la femelle et les pattes sont rosâtres. Chez la jeune grive, les mouchetures ressortent beaucoup plus sur un fond très clair et les pattes sont claires.

grive juvénile à gauche – merle juvénile à droite

 

Le couple est monogame, mais les analyses génétiques ont démontré que le taux d’infidélité était élevé. Le nid, une coupe volumineuse et assez lâche, est construit à une hauteur très variable (0,5 à 15 m), le plus souvent bien caché. Il est fait d’herbes et de feuilles sèches, de brindilles, de mousse, de fibres et de radicelles, le tout enduit de boue à l’intérieur.

Au CEDAF, les premières causes d’accueil sont le ramassage des jeunes et les blessures consécutives à la prédation par les chats, très loin devant les chocs contre les bâtiments et par les véhicules. Ces chocs sont pourtant extrêmement nombreux mais les oiseaux meurent sur le coup ou avant de parvenir au centre.