Bilan d’activités 2016

Dans ses statuts, Faune Alfort s’est donné un triple objectif d’activités au service de la faune sauvage francilienne : soigner, former, informer. Le bilan présenté ici aborde ces 3 domaines l’un après l’autre.

I – SOINS AUX ANIMAUX

L’activité de soins est réalisée dans le Cedaf, centre géré par Faune Alfort en partenariat avec l’école vétérinaire, une convention ayant été signée entre les 2 parties en juin 2016 afin d’officialiser la collaboration.

L’organisation des soins a été améliorée par l’embauche d’une aide-intendante qui est venue conforter le travail de l’intendante. Un chef-soigneur a été embauché aussi avec la charge principale d’assurer la qualité des installations hébergeant les animaux. L’école vétérinaire a embauché la vétérinaire à mi-temps, complétant ainsi le mi-temps assuré par Faune Alfort.

En 2016, le Cedaf a ouvert 3509 dossiers cliniques, soit 15% de plus qu’en 2015.

Cette augmentation d’une année sur l’autre est forte, bien que moindre que celles enregistrées les 2 années précédentes. Les mauvaises conditions météorologiques en 2016, défavorables à la reproduction de nombreuses espèces, peuvent en être responsables.

Le Cedaf demeure de très loin le principal centre d’accueil de la faune sauvage en Ile-de-France.

L’activité concerne toute la région Ile-de-France et concerne la province pour 3,9% des entrées.

On relève que l’activité s’étend plus largement sur l’Ile de France. La part des animaux venant de la ville de Paris a augmenté significativement, ainsi que celle des départements les plus éloignés comme le Val d’Oise et les Yvelines.

II – FORMATION

La formation demeure à Faune Alfort un objectif prioritaire. A la rentrée 2016, le programme concernant les étudiants comme les bénévoles a été rénové et étoffé.

Formation d’étudiants

Les étudiants vétérinaires peuvent suivre 3 niveaux d’enseignements facultatifs qui ont lieu dans le cadre de l’activité clinique du Cedaf : Niveaux 1 (soins zootechniques), 2 (soins médicaux) et 3 (perfectionnement).

A la rentrée 2016, 110 étudiants vétérinaires se sont inscrits : 67 en niveau 1, 31 en niveau 2, 12 en niveau 3.

Cet été, 11 ont réalisé un stage de perfectionnement (durée moyenne : 3 semaines) dont 3 étrangers.

Faune Alfort accueille aussi au sein du CEDAF des étudiants d’autres établissements qui réalisent des stages de 2 à 8 semaines.

En 2016, 41 étudiants ont été reçus : 22 étudiants de toutes origines, 13 étudiants auxiliaires de santé vétérinaire, 4 étudiants en BTS Gestion et protection de la nature.

Formation de bénévoles

Faune Alfort dispense une formation aux bénévoles qui viennent travailler au Cedaf. La formation concerne la reconnaissance des espèces et leurs particularités biologiques, les soins d’entretien et les soins infirmiers de base, la règlementation, les règles d’hygiène et la biosécurité.

Elle est assurée par le responsable du centre, le vétérinaire et le chef-soigneur.

En 2016, une 100aine de nouveaux bénévoles a été recrutée pour un effectif permanent de bénévoles d’environ 60 correspondant à 4 équivalents-temps plein.

III – INFORMATION

L’information s’adresse en premier lieu au grand public. Les actions de communication ont reçu depuis septembre le renfort de 2 volontaires du service civique.

Facebook

La page Facebook fait connaître l’ensemble des activités, en particulier les activités de soins.

Fin 2016, la page Facebook a passé le cap des 7000 suiveurs.

Lien : www.facebook.com/CEDAFFAUNEALFORT

Reportages sur Faune Alfort et le Cedaf

Faune Alfort a ouvert 2 fois les portes du Cedaf aux équipes de tournage en 2016 :

– Février : reportage de FR3 sur l’ENVA comportant des images sur le Cedaf.

– Octobre : tournage de Boréales Productions pour soirée thématique M6 sur la nature à Paris (passage en fin d’année)

Participation à des manifestations

L’association a tenu un stand lors de plusieurs manifestations, certaines en collaboration avec la délégation LPO d’Ile de France :

– Journée Instants Nature (1er mai, St-Prix, 95)

– Foire au Bio (3 juillet, La Queue en Brie, 94)

– Village des associations (10 septembre, Chennevières sur Marne, 94)

– Fête de l’Arc boisé (25 septembre, Santeny, 94)

– Animalis show – Animal Expo (Parc floral Vincennes, 8 octobre, Paris)

– Noël des Animaux de la Fondation Assistance aux Animaux (26-27 novembre, Porte de Versailles)

– Fête des Solidarités (10 décembre, Chennevières sur Marne, 94).

Interventions pédagogiques

– Accueil au Cedaf de clubs jeunes SPA (7 mai et 11 juin)

– Conférence publique sur le Hérisson (28 mai, St-Prix, 95)

– Sortie nature pour l’association Millepattes (21 juin, Servon, 77)

– Animation en temps périscolaire pour la ville de Chennevières sur Marne (tous les jeudis depuis octobre)

Tenue de conférences

– Les chauves-souris par MNHN et Azimut230 (25 mai)

– Les oiseaux en ville par CORIF (15 juin)

– Le renard à Paris par U. Paris 1, U. Paris 8 (14 décembre)

IV – PARTENARIAT

Faune Alfort a des partenaires qui l’aident financièrement et des partenaires qui collaborent dans le cadre de ses objectifs.

 

A – Partenaires apportant des moyens de fonctionnement

1 – Partenaires privés

Faune Alfort déploie beaucoup d’effort pour entretenir de bonnes relations avec ces partenaires et pour en rechercher de nouveaux.

Ils apportent une part majeure dans le budget et ont notamment permis d’embaucher 2 nouveaux salariés (cf. Soins aux animaux).

De nouveau sollicités, les deux plus grands partenaires, la Société protectrice des Animaux et la Fondation 30 Millions d’Amis ont maintenu leur aide : 13000€ pour la SPA, 10000€ pour la Fondation.

Sollicitée aussi, la Fondation Assistance aux Animaux a fait un don de 10000€.

Le projet d’équipement d’une nouvelle salle d’opérations présenté à la Fondation Brigitte Bardot a été accepté pour 4720 €, soit moitié moins que ce qui était demandé.

Faune Alfort a poursuivi son partenariat avec la société Animalis, chaine de magasins pour animaux. La société a livré des aliments et du matériel au cours de l’année pour une valeur de  l’ordre de 3000 €.

Cette société a proposé à Faune Alfort de faire partie de l’Arche des Associations qui regroupe des associations se consacrant à la protection animale. L’Arche aide les associations financièrement mais aussi par des conseils juridiques ou pour leur communication.

La demande de subvention à la Fondation Nature et Découvertes a permis d’obtenir 3000€. En outre, 2 magasins ont choisi Faune Alfort comme association bénéficiant de l’opération Arrondi, ce qui a rapporté 3600€.

La prospection de nouveaux mécènes a été couronnée de succès : Société Lush (10000€), Association Focused on Nature (3000€), Association Les Néréides Loves Animals (1500€).

Il faut citer aussi la société Salesforce dont le mécénat a permis de s’équiper d’un nouveau programme de gestion performant et de bénéficier d’équipes de bénévoles pour des travaux dans le centre, et le site Animal Web Action qui a permis d’obtenir du matériel pour les animaux en diffusant des annonces auprès du public afin de constituer une cagnotte.

2 – Collectivités territoriales

Faune Alfort cherche de nouveaux partenaires aussi chez les collectivités territoriales. L’obtention de subventions est difficile et l’association privilégie les projets communs chaque fois que ses compétences et ses moyens humains le lui permettent.

Le département du Val-d’Oise a attribué à nouveau une subvention : 1000€, soit 500€ de moins que l’année précédente. Cependant, dans ce département, la SIARE a accordé 2000€ de subvention dans le cadre d’un accord sur la mise en valeur de certains bassins de rétention sélectionnés comme sites de relâcher pour oiseaux d’eau.

La ville de Saint-Prix demeure un partenaire privilégié dans le cadre de la convention de partenariat signée en 2015 pour une durée de 5 ans (mise en place de sites de relâcher, formation de bénévoles, conférences, participation aux manifestations).

La ville de Paris a accordé pour la 1ère fois une subvention de 1000€.

Le département du Val-de-Marne n’a pas accordé de subvention mais des contacts prometteurs ont été pris et un projet prend forme pour la mise en place de sites de relâcher pour jeunes mammifères.

La ville de Chennevières sur Marne est devenue ville partenaire en 2016. Outre une subvention accordée de 500€, les relations se sont développées pour une information du public sur la faune sauvage (participation aux manifestations, animation en milieu scolaire) et l’établissement de sites de relâcher.

B – Partenaires collaborant

* Ville de Saint-Prix (Val d’Oise), ville de Chennevières sur Marne (Val de Marne), département des Hauts de Seine, Université d’Orsay et les Jardiniers de l’Yvette (Essonne), association Physalis (Seine St-Denis)

Tous ces partenaires disposent d’enclos permanents de relâcher pour hérissons et d’une équipe de bénévoles sur place. Ce potentiel d’une 30aine d’enclos permet d’organiser les relâchers de façon fluide.

* Ligue pour la Protection des Oiseaux

La collaboration est toujours excellente. Elle porte sur l’information du public lors de manifestations, sur l’orientation par son standard des découvreurs d’animaux vers le Cedaf (50% des personnes découvrant un animal sont orientées vers le Cedaf), sur le transport de certains animaux vers le Cedaf, sur la formation de bénévoles travaillant à la fois dans l’une et l’autre association.

* Collaborations scientifiques

Grâce aux vétérinaires du Cedaf, elles se sont développées :

– Muséum National d’Histoire Naturelle : études génétiques sur certaines espèces, hémoparasites chez les oiseaux sauvages ;

– Centre Ornithologique d’Ile de France et LPO : signalement d’espèces à valeur patrimoniale ;

– ANSES : coronavirose chez le hérisson, Trichinella chez les rapaces et les mammifères carnivores.

A ces collaborations, il faut ajouter celles avec des laboratoires de l’école vétérinaire pour la réalisation de thèses vétérinaires.

* SOS Ecureuil roux

La collaboration s’est renforcée et a permis le relâcher dans d’excellentes conditions d’une 30aine d’animaux, écureuils principalement mais aussi lièvres et lapins de garenne.

En conclusion, Faune Alfort a vu ses activités augmenter dans tous les domaines en 2016.

Elle a fait un gros effort de recherche de partenaires et a bénéficié de l’aide de nouveaux mécènes. Elle a noué aussi un nouveau partenariat communal avec Chennevières sur Marne.

Les financements obtenus en 2016 de la part des anciens et des nouveaux mécènes ont permis d’embaucher un chef soigneur et une aide-intendante jusqu’en septembre 2017. Ce renfort a permis un meilleur suivi des animaux, une meilleure organisation du travail et plus de présence de formation auprès des bénévoles.

Le président, JF Courreau