Centre de soins

Saisie de chardonneret

La législation française qui encadre la faune sauvage ou non-domestique est complexe et reconnaît différents statuts réglementaires en fonction des espèces. Il convient cependant de retenir que le prélèvement dans la nature d’un animal sauvage par un particulier tout comme son transport ou sa détention sont strictement interdits. Cette interdiction concerne tant l’animal vivant que son cadavre ainsi que ses composantes (plumes par exemple). Toutefois, dans le cas où l’animal est manifestement en situation de détresse, son prélèvement et son transport sont tolérés dans la mesure où celui-ci est transféré dans les plus brefs délais et par le chemin le plus direct vers un centre de soin ou un cabinet vétérinaire. Dans le cas où la capture est justifiée, toutes les précautions doivent être prises par le découvreur afin de préserver sa sécurité, celle de l’animal ainsi que celle de l’entourage éventuel.

Écureuils juvéniles tombés sur nid suite à un élagage

Les centres de soins pour les animaux de la faune sauvage sont des établissements agréés dont la fonction est de prendre en charge des animaux sauvages en détresse, de les soigner et de les réhabiliter dans le but de les remettre dans la nature. Les deux préalables indispensables à leur reconnaissance officielle sont la présence d’un titulaire du certificat de capacité attestant de compétences précises dans la prise en charge des espèces reçues et d’une autorisation d’ouverture indiquant que la structure dispose de toutes les installations nécessaires pour remplir pleinement son rôle. Enfin, pour préserver la tranquillité des animaux, la visite de ces centres par des personnes extérieures est formellement interdite par la réglementation.

Relâcher de renard