Le centre des juvéniles de Chennevières

Il n’y a guère plus d’une année que l’idée de créer un centre destiné à l’élevage des jeunes orphelins a émergé. Une fois évoquée, elle s’est pourtant rapidement imposée. Combien de temps encore le Cedaf, implanté à l’école vétérinaire, allait-il pouvoir absorber le flot toujours grossissant des accueils d’animaux ? Depuis 10 ans, sans faiblir, il croit de 20% par an! Et la tâche est particulièrement difficile quand le printemps arrive avec ses centaines de jeunes animaux orphelins à élever qui s’ajoutent aux cohortes de blessés et de malades.

La perspective d’un déménagement du Cedaf dans un bâtiment neuf à la fin de l’été 2019 permettait d’envisager une capacité d’accueil un peu supérieure à ce qu’elle est aujourd’hui mais n’autorisait qu’un sursis d’un ou deux ans, guère plus. Sans espoir d’augmentation forte des locaux au sein de l’école vétérinaire, la solution était donc de chercher ailleurs. Et chercher ailleurs en priorité pour prendre en charge les jeunes afin d’alléger le travail au Cedaf à la belle saison.

Dans une telle situation, on commence par faire le tour des partenaires disposant d’un foncier disponible: soit un généreux mécène, soit une collectivité territoriale. Faune Alfort a des généreux mécènes mais pas disposant d’une propriété à céder! Par contre, Faune Alfort dispose de quelques bons partenaires parmi les collectivités territoriales et, très rapidement, nous nous sommes orientés vers la ville de Chennevières sur Marne.

La rencontre avec des élus de Chennevières date de près de 3 ans. Immédiatement, les activités de Faune Alfort ont plu et, comme on dit, le courant est passé. Cela s’est concrétisé rapidement par deux réalisations: des enclos de relâcher pour hérissons dans les jardins des Bordes et des animations en milieu scolaire. En 2018, quand nous avons demandé un local pour héberger l’élevage des jeunes martinets assuré par Céline, notre bénévole spécialiste, le oui a été immédiat. Et Monsieur le Maire a littéralement craqué lorsqu’il a découvert le travail réalisé par Céline.

Alors, lorsque nous avons parlé de créer un centre pour élever les juvéniles de toutes les espèces, Monsieur le Maire a été de suite séduit et n’a pas été long à nous proposer un local.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce local est de construction robuste puisqu’il s’agit du fort de Champigny, l’un de ces forts construits après la guerre de 1870 pour se protéger d’autres invasions germaniques… et qui n’a jamais servi. Propriété de la ville de Chennevières, il a hébergé de nombreuses années la police municipale dont les locaux désaffectés nous ont été proposés: 106m² de surfaces en excellent état et, bien sûr, parfaitement sécurisés. Inespéré!


La convention fut signée en février dernier et les travaux d’aménagements purent commencer très vite, menés à bien par une valeureuse équipe de bénévoles qui n’a pas ménagé sa peine jusqu’à fin avril. Ainsi, le 29 avril, le centre d’élevage des juvéniles pouvait-il recevoir ses premiers jeunes pensionnaires: 5 rougegorges, 3 mésanges charbonnières, 1 merle, 1 étourneau, 1 pie qui ne sauront jamais qu’ils sont ainsi passés à la postérité. Les locaux ont été distribués selon des vocations précises: nurserie pour les tout-petits de toutes espèces, une salle d’élevage pour les oiseaux, deux salles d’élevage pour les mammifères, une salle de vol pour s’aguerrir, une infirmerie. Un hall d’accueil permettra des visites pédagogiques sans importuner les animaux. Enfin, un local proche est doté de grandes volières dans lesquelles les jeunes pourront parfaire leur vol avant de rejoindre les volières de relâcher en milieu naturel. En conclusion, un beau partenariat pour une réalisation originale, unique en France.