Les hérissons aussi tombent malades avant Noël !

Les hérissons européens (Erinaceus europaeus) préparent Noël à leur manière : depuis septembre déjà, ils ont commencé à s’alimenter intensément pour préparer leur hibernation. Fin novembre débute la pré-hibernation véritable : ils recherchent un site favorable où établir un nid d’hiver (sous des branches, dans une pile de bois ou éventuellement dans un terrier de lapin de garenne). Une fois le lieu trouvé, le hérisson forme un tas de feuilles mortes sur 50 cm de hauteur qu’il creuse ensuite en effectuant des mouvements de rotation afin d’obtenir une très bonne isolation vis-à-vis de la température extérieure. L’hibernation durera trois à cinq mois : elle associe sommeil léthargique (entrecoupé de réveils spontanés pour s’alimenter ou uriner/déféquer) et hypothermie. La fréquence cardiaque du hérisson baisse jusqu’à 20 battements par minute, sa fréquence respiratoire peut descendre si bas qu’elle peut aller jusqu’à s’interrompre pendant plusieurs minutes, et sa température corporelle va chuter jusqu’à idéalement 4°C (température optimale qui permet de perdre le moins d’énergie possible, mais en dessous de laquelle le hérisson va se réveiller). Plusieurs facteurs agissent sur l’entrée en hibernation mais c’est la température extérieure qui joue le rôle le plus déterminant : en France, un hérisson peut commencer à hiberner dès que la température ambiante descend sous les 13°C.

Pour survivre à cette phase très énergivore, le hérisson doit avoir accumulé suffisamment de réserves et par conséquent être en bonne santé. Or, très souvent, la phase de recherche intense de nourriture s’accompagne d’infestation par des parasites : les lombrics et escargots qui figurent parmi leurs proies favorites sont malheureusement souvent porteurs de vers ronds à l’état larvaire qui contaminent ensuite les hérissons au moment de l’ingestion. Ces vers continuent de se développer à l’intérieur de l’organisme des hérissons et migrent dans leurs poumons, leur occasionnant une bronchopneumonie et une toux sévère. Après expectoration, les vers sont ré-avalés, ce qui leur permet de finir leur développement dans les intestins. Une fois éliminés dans le milieu extérieur, ils peuvent infester de nouveau les lombrics et escargots et la boucle est bouclée. 

A l’automne, la plupart des hérissons entrant au CEDAF sont porteurs de ces parasites : à l’admission, ils sont bien souvent maigres du fait de la spoliation par les parasites, et présentent de la toux et en général de la diarrhée verte.

Un examen de selles est réalisé pour confirmer ou non l’hypothèse parasitaire : les deux parasites responsables sont très faciles à identifier.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est photo_3-1-1024x980.jpg.
Larve de Crenosoma striatum (en rouge) et œuf de Capillaria (en bleu)

Une fois que l’animal a récupéré un meilleur état général, un vermifuge lui est administré. Malheureusement, parfois la charge parasitaire est trop forte et l’accumulation de vers morts dans les bronches ou dans les intestins occasionne le décès à ce stade. Des corticoïdes sont donc également administrés pour aider autant que possible à se débarrasser des vers. Souvent, il est nécessaire de répéter les administrations d’antiparasitaire pour venir à bout du problème. Une fois traités, les hérissons peuvent enfin faire le plein de réserves avant l’hiver.

Hérisson mangeant avec appétit

Malheureusement, passé fin novembre, la température extérieure devient trop basse pour pouvoir relâcher un hérisson : il hibernerait sans avoir le temps de construire son nid, ce qui lui serait fatal. A partir de 600g, les hérissons sains hospitalisés au CEDAF sont donc placés en réhabilitation en cage individuelle, à l’extérieur mais sous abri où ils peuvent hiberner à loisir.

Cage d’hibernation type

Tous les jours, le niveau d’activité de chaque individu est contrôlé (sortie du nid éventuelle, présence de déjections, appétit, …) afin d’évaluer le degré de sommeil léthargique ainsi que la fréquence des réveils, et étudier davantage ce phénomène d’hibernation encore plein de mystères.