L’Étourneau sansonnet

Nom commun : Étourneau sansonnet         
Espèce : Strurnus vulgaris
Poids / Tailles : 60 à 96 g / 21 cm
Envergure : 31 à 40 cm
Longévité : 15 ans
Habitat : fréquente un habitat très varié : zones boisées en milieux ouverts, lisières de forêt, cultures, roselières, littoraux, zones urbanisées.
Régime alimentaire : omnivore opportuniste :  insectivore principalement mais aussi vers, mollusques, fruits et légumes selon la saison.

Photo : Céline bénévole – Étourneau sansonnet adulte

Saviez-vous que monsieur Wolfgang Amadeus Mozart a, durant trois années, possédé un étourneau sansonnet ?

Mozart s’est inspiré du chant de l’étourneau dans certaines de ses compositions. Ce musicien a acquis en 1784 un étourneau sansonnet ; à la mort du petit oiseau, Mozart a écrit un poème et un requiem en l’honneur de son compagnon. Aujourd’hui, l’étourneau est réputé pour être un deschampions de l’imitation de sons, capable de reproduire le bruit d’une alarme de voiture, les vocalisations d’autres oiseaux comme le merle, le loriot mais aussi la buse variable. Cet oiseau chante toute l’année, tendez l’oreille la prochaine fois.

Le ballet des étourneaux

Il vous est peut-être déjà arrivé d’assister au ballet en vol de ces sublimes oiseaux au plumage tacheté. Eh bien, la raison de ces regroupements est simple : il s’agit d’un système de défense contre les prédateurs. Lorsqu’un rapace approche, par peur, les étourneaux resserrent les rangs et volent en formant une nuée compacte comme les bancs de poissons. Ce système de défense collective permet de brouiller le champ d’attaque du rapace et de sauver la majorité des individus du groupe, seuls les retardataires et les plus faibles seront en danger. Ces rassemblements peuvent être constitués de quelques centaines à plusieurs dizaines de milliers d’individus. Vous pouvez apercevoir dans toute l’Europe ce phénomène de novembre à février.

Photo : Céline bénévole – Étourneau sansonnet lors d’un relâché

Le bref du sansonnet

L’étourneau, au loin, est souvent assimilé à un merle, mais plus on se rapproche, plus son plumage révèle des reflets métalliques verts-pourpres brillants et des taches blanches. Son adjectif sansonnet dérive du mot sansonnet qui signifie crible, en référence à son plumage moucheté. Les mâles et les femelles ne se différencient pas par le plumage, seules les juvéniles présentent un plumage brun-terre, avec la gorge blanchâtre. Cet oiseau appartient au grand ordre des passereaux, et à la famille des sturnidés. Le nid de ces oiseaux, composé d’herbes sèches, de feuilles et garni de plumes, est souvent abrité dans une cavité d’arbre ou de mur, sous un toit. De mars à juillet, l’étourneau pond 5 à 6 œufs, couvés durant 14 jours.

Photo : Céline bénévole – Étourneau sansonnet adulte

L’étourneau solitaire ? bien sûr que non !

Le principal trait de caractère de ce petit passereau est d’être un animal grégaire. Il est très rare de voir un étourneau seul. C’est un oiseau très bruyant qui vit dans les espaces habités et surtout dans les jardins, où il picore vers et insectes. Pour passer la nuit, les étourneaux se regroupent en dortoirs hivernaux sur de grands arbres, souvent en ville, pouvant dépasser le million d’individus. Attention à vos voitures, éviter de vous garer sous les arbres durant l’hiver, au risque de retrouver votre voiture garnie. L’étourneau sansonnet est un migrateur partiel, sédentaire dans les pays de l’Ouest et migrateur dans les pays de l’Est. En France, vous pouvez le voir toute l’année.

Au CEDAF, les étourneaux sont souvent très jeunes.

La majorité des étourneaux arrivés au centre sont des jeunes oisillons non sevrés, souvent tombés du nid. Ils arrivent au début du printemps, d’avril à mai. Les soigneurs les nourrissent à la main jusqu’à ce qu’ils arrivent à se nourrir seuls. Ils sont ensuite mis en volière pour voler et se préparer à être relâchés.

Photo : Céline bénévole – Étourneau sansonnet juvénile

L’Étourneau sansonnet du moment

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est photo-6-1024x768.jpg.

Il s’agit d’un étourneau adulte présentant une fracture à l’aile gauche. Il a bénéficié des meilleurs soins de nos vétérinaires et soigneurs durant deux semaines, et a pu retrouver sa liberté.  

Photo : Céline bénévole Étourneau sansonnet en soin