Portrait de bénévole

Aujourd'hui, nous vous présentons Corine qui raconte ici son expérience de bénévolat au centre d'accueil de la faune sauvage d'Alfort.

Corine que fais-tu dans la vie ?
Je suis secrétaire dans une maison de retraite et je suis actuellement une formation d’assistante avec l’Institut de Formation en soin Animalier.

Comment as-tu connu le centre de soin et Faune Alfort ?
J’ai connu le CEDAF grâce à une collègue et amie qui désirait essayer le bénévolat auprès de la faune sauvage. La première réunion d’information s’est déroulée début Mai, en 2015, et depuis je suis toujours là !
Je viens une à deux fois par semaine pour m’occuper des piou-piou. En période estivale, quand les juvéniles arrivent nombreux, je passe une fois par jour pendant mon heure de déjeuner.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de participer aux soins de la faune sauvage parmi nous ?
Petite, je voulais être vétérinaire et j’ai vécu entourée d’animaux. Ma mère sauvait toujours les animaux en détresse qu’elle trouvait, en particulier des oiseaux. C’est donc tout naturellement que c’est devenu ma passion.
Le CEDAF se situe juste à côté de mon travail, c’est la situation idéale pour vivre tous ces beaux moments avec les animaux !

En parlant de beaux moments, as-tu une anecdote ou ton plus beau souvenir à nous raconter ?
J’ai beaucoup de beaux souvenirs ici… mais celui qui me vient à l’esprit maintenant c’est le moment où nous avions reçu trois bébés chardonnerets : Ils sont arrivés minuscules, quelques plumes seulement apparaissaient. Il est assez difficile de faire grandir des chardonnerets dans un centre de soin, ils sont particulièrement stressés et les nourrir comme leurs « parents » est une tâche compliqué.
Avec Agnès, une autre bénévole, nous avons décidé de tout donner pour les sauver. Ces trois bébés ne voulaient jamais ouvrir le bec pour qu’on puisse les nourrir… nous avions pourtant essayé les méthodes de nourrissage qui font leur preuve chez la majorité des oiseaux, mais rien ! Jusqu’au moment où je leur ai fait écouter le chant des chardonnerets trouvés sur internet, et là ils ont ouverts la bouche !! Nous avons réussi à les sauver en les nourrissant fréquemment et avec beaucoup d’acharnement pour notre plus grand bonheur !!

Et à combien de miracle as-tu pu participer ou faire ?
L’année dernière, 70 bébés oiseaux ont fait partie de mes principales occupations et cette année j’en suis à 40 pour le moment. C’est magnifique de pouvoir donner un peu de soi pour ces animaux et de pouvoir suivre leurs évolutions en échange ! Quand on est passionnée…

Un grand merci Corine pour ton implication envers la faune sauvage, et les oiseaux ! Nous sommes enchantés de t’avoir parmi nous !

Corine : bénévole Faune Alfort