Hibou moyen-duc

Hibou moyen-duc avec un bandage à l’aile

Nom commun : Hibou moyen-duc
Espèce : Asio otus
Etymologie : parfois les scientifiques manquent d’inspiration ; Asio vient du latin et signifie « hibou aux grandes oreilles » et otus est une forme latinisée du mot grec ôtos qui signifie … la même chose !

Poids : environ 250 g pour le mâle, 300 g pour la femelle
Taille : 35 à 40 cm ; 90 à 100 cm d’envergure
Habitat : Taillis, bosquets, forêts de conifères, parcs, petites plantations.
Régime alimentaire : Petits mammifères, petits oiseaux, insectes, reptiles.
Nourriture donnée en clinique : Souris, poussins.

 

Le Hibou moyen-duc appartient à la famille des Strigidés. De taille moyenne, ce rapace nocturne est facilement reconnaissable à son allure élancée, ses yeux jaune-orangé et sa grande tête anguleuse aux longues aigrettes.

La tête porte un grand disque facial brun-fauve, bordé de noir et de gris. Les aigrettes dressées sur la tête, qui ressemblent à des oreilles, sont des touffes de plumes n’ayant aucune fonction auditive ; elles permettent de faire la distinction entre les hiboux et les chouettes qui en sont dépourvues. Le bec est noir et crochu, les pattes sont emplumées jusqu’aux doigts et pourvues de serres puissantes et acérées.

Cet oiseau arbore un plumage brun et chamois, dit « couleur d’écorce », sur l’ensemble de son corps, ce qui lui procure un parfait camouflage lorsqu’il dort sur les arbres à proximité des troncs. Les parties supérieures sont tachetées de noir, brun et blanc. Les parties inférieures sont davantage gris blanchâtre, avec des stries et des rayures verticales brunes. Ses ailes longues sont arrondies et se croisent dans le dos quand l’oiseau est perché.

Les juvéniles ressemblent aux adultes mais présentent un plumage plus gris et duveteux.

Son aire de distribution est vaste puisqu’elle s’étend de l’Europe à l’Asie centrale et à l’Amérique du Nord, aux latitudes tempérées. Mises à part les populations du nord qui migrent vers le sud en hiver, les autres populations sont sédentaires.

Le Hibou moyen-duc vit dans les zones boisées plutôt claires, il évite les forêts denses, les marécages, les dunes côtières, les steppes et le semi-désert. Il se nourrit essentiellement de souris, campagnols, lapereaux, rats juvéniles et, en été, de gros insectes et de petits reptiles. Il chasse aussi les oiseaux de petite taille, particulièrement en hiver, dans les terrains découverts à petits groupes d’arbres.

Le vol silencieux de ce hibou, fait de lents battements d’ailes, lui permet de surprendre ses proies lorsqu’il chasse la nuit, principalement en milieu ouvert. Il capture ses proies au sol, y compris dans la végétation dense, grâce à son excellente vue et à son ouïe. Il avale sa proie entière et régurgite une pelote de réjection environ 3 à 4 heures après. Il capture 3 ou 4 proies par nuit.

En dehors de la période nuptiale, le Hibou moyen-duc est plutôt silencieux et possède une grande diversité de sons pour communiquer avec ses congénères. Son chant territorial est composé d’une série de cris hoû-ou bas et monotones (hululements). Il peut aussi émettre des cris perçants ou des sifflements.

Chez le Hibou moyen-duc, il y a un léger dimorphisme sexuel : la femelle a une plus grande taille et un plumage plus foncé que le mâle. Le couple se forme en hiver. Le mâle est monogame. Il utilise des chants et des parades aériennes, qui commencent à la fin de l’hiver, pour attirer la femelle, en effectuant des vols en zigzag à travers les arbres.

Les parents veillent tous les deux à la défense du nid en volant en cercle autour du nid et en claquant du bec. Ils peuvent émettre un cri d’alarme pour dissuader l’intrus d’approcher.

La femelle niche dans une zone boisée à la végétation dense. Elle pond de 3 à 5 œufs blancs dans un nid abandonné par une autre espèce (corvidés) et confectionné en brindilles. La femelle couve seule pendant deux semaines en restant au nid toute la journée et sort brièvement la nuit. Le mâle apporte de la nourriture à la femelle et aux petits pendant toute la période de l’élevage au nid.
Les jeunes sont semi-nidifuges et quittent le nid au bout de trois semaines sans savoir voler. Au bout d’un mois, ils commencent à effectuer des vols sur une courte distance. Ils deviennent indépendants au bout de dix à onze semaines.

Au Cedaf, le Hibou moyen-duc est beaucoup moins fréquent que la Chouette hulotte, premier rapace nocturne accueilli : de 5 à 10 par an contre 20 à 30. Nous recevons essentiellement des individus adultes blessés par des véhicules.